C'est ainsi qu'entre deux nuages, mes pas m'ont mené jusqu'à la salle cinq, sur votre droite en bas des marches. Après avoir descendu les trois marches, enfilé (oui je sais) le couloir, tourné à gauche, monté trois marches, tourné à droite, poussé la porte et grimpé la volée de marches, quelle ne fut pas ma surprise, compte tenu de l'heure et du film, de voir une assistance conséquente, essentiellement composée de vieux. Bien que le qualificatif de vieux puisse paraître quelque peu subjectif, quels en sont les symptômes dans un tel contexte? Arrivé en haut des marches, le vieux pose la main sur la rambarde et fait une pose pour reprendre son souffle. Légèrement penché en avant il respire bruyamment. Ensuite, il relève la tête et scrute la salle pour déterminer la place qu'il va choisir. Il hésite, hésitation due à une oxygénation partielle du cerveau,  mais privilégie la place la plus proche. Le vieux privilégie la proximité. Si elles sont toutes occupées, il prolonge sa réflexion. Puis, à petits pas, il reprend sa marche en avant jusqu'au fauteuil choisi. La raideur de son pas sera d'autant plus accentuée que l'éclairage sera tamisé. Il finit par s'asseoir, fier et rassuré d'être arrivé à bon port. Ensuite, rasséréné mais, compte tenu de l'effort fourni, encore quelque peu tremblotant, prenant appui sur les accoudoirs, le vieux se relève pour enlever son manteau. En raison d'une souplesse toute arthritique cette étape peut prendre plusieurs minutes. Et, avec plus ou moins de précision, il va enfin prendre place vous permettant de voir ce qui se passe sur l'écran. La prochaine fois je vous parlerai des couples de vieux.

yiddish