Donc hier soir, nous avions rendez-vous au bas de l'immeuble et des marches qui y mènent. La veille nous nous étions dit bon alors demain tu y vas? Faut voir. Et toi? Bon bah, on se tient au courant. C'est ça ouais. C'est ainsi que quelques sms plus tard nous nous sommes retrouvés au bas de l'immeuble. Après avoir traversé les parkings déserts, les rues perpendiculaires qui mènent je ne sais où, emprunté les trottoirs lépreux, nous nous sommes retrouvés au JV club. Pour tout vous dire, ce n'est pas un endroit qui me donne envie, surtout pas celle de prolonger. Mais bon, j'y étais et personne ne m'avait forcé.
 
Installé au bar, avec deux piliers du rock rouennais qui en ont écumée de la mousse, j'ai nommé les deux J, j comme j'en reprendrais bien une, José et Jorge, nous étions là pour écouter Popping Hole. Entre deux dans la journée je les avais écoutés sans pouvoir me faire une idée, ce qui ne devait pas m'inquiéter puisque Jorge dit que j'aime tout. Le concert était divisé en deux sets, mais comme certains travaillent le lendemain, nous sommes partis après le premier. Mais quoi qu'il en soit, un set ou deux, la pop a remporté le match. Je ne vais pas me lancer dans l'analyse, les deux piliers le feraient mieux que moi, et je ne vais pas tourner autour du solo, mais j'ai aimé (alors ce que dit Jorge serait vrai?). Je suis trop vieux pour me souvenir, mais j'ai retrouvé dans cette musique des accords de madeleine. La légèreté, l'élégance, des solos décalés, dixit un des piliers, des voix qui n'ont pas besoin de forcer pour s'imposer. Cette performance est d'autant plus méritoire, que l'ambiance était des plus tiédasses. La moyenne d'âge peut-être. Oui, je sais.
Popping Hole sort un EP en avril prochain.
Voilà. Et encore bravo. 

popping