25 avril 2018

Surface

Posté par Kandide à 08:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2018

Sans moi

Un jour de chagrin anodin d'un automne atone, les goutes d'eau d'un vent dément traversaient la transparence versatile. Ce soir là, je m'étais endormi avant même qu'elle ne m'aime. J'avais pris l'habitude de la laisser faire. Faire ce qu'elle voulait. Elle savait y faire. La plupart du temps, ça me plaisait. Et puis même, c'était du pareil au même puisque c'était elle. Au début, dans ce domaine, nous formions un couple plutôt conventionnel. Et puis un jour, dans une lumière à la peine d'une nuit épanouie, elle prit le dessus. N'ayant... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2018

Cinéma

 
Posté par Kandide à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2018

Les étrangleurs

Le jour se teintait des premières lueurs de la nuit. Les restes de la journée reposaient dans un angle mort. Déposé dans l'ombre, il écoutait Midnight summer dream. Les griffures du temps se mêlaient à la musique pendant que l'album tournait sur la platine. Féline lui rappelait des temps incertains. Pendant longtemps, il avait préféré European female. Et puis, sans même un dernier tango, elle était partie. Il n'avait pourtant jamais voulu dire adieu. Entre les immeubles, il pouvait voir des morceaux de ciel... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 14:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2018

Album

Nous sommes en 78. 1978. Cela fait deux ans que je glande en fac de droit. Je squatte à une bière de Melodies Massacre. Plusieurs fois par semaine je paluche les bacs à disques. Du vinyle jusqu'au fond. Comme des marées successives venues d'outre Manche et d'outre Atlantique, des arrivages journaliers de galettes plus ou moins fraîches frappées de labels éphémères. Des 45 tours au pressage incertain. Des 33 qui sont de véritables tours de force. Je rencontre là toute une faune qui, avec le temps, forme une communauté qui comporte... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2018

Pfft

En somme un vieil homme Comme une vieille pomme Oubliée sur le rebord  Si proche de la mort Il suffirait d'un souffle Pour qu'il s'essouffle  Puisqu'alors il le faut encore Jusqu'au dernier accord Dans le miroir du soir Il regarde sa poire Suivre les rides De ses yeux humides Le temps s'est asséché Sur ce visage ébréché
Posté par Kandide à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2018

Echoués

L'ombre de l'ébène Sur la mer se démène La stupeur soudaine Dans la lumière incertaine Leur horizon les malmène Est-ce pour rejoindre la haine Que vers nous ils viennent Qu'ils se souviennent Et sur le sable s'égrènent  Les pleurs et les peines
Posté par Kandide à 08:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 avril 2018

Un soir chez nous

Donc, comme cela était à prévoir, malgré un fort trafic sur les chemins traversant les terroirs, la soirée ne fut pas bouchonnée. Elle révéla pour certains-nes et confirma pour d'autres que, même affublée d'une langue, il ne suffit pas d'avoir une bouche pour deviner ce qu'il y a à l'intérieur. Mais, loin d'être un concours, nous étions là pour découvrir, déguster des vins et prendre langue. Ce qui fut fait. Alors que le rouge des plaines et des montagnes révélait ses secrets les plus intimes, les joues devenaient rosées pendant que... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 avril 2018

Malmènent

L'ombre de l'ébène Sur la mer se démène La stupeur soudaine Dans la lumière incertaine Leur horizon les malmène Est-ce pour rejoindre la haine Que vers nous ils viennent Qu'ils se souviennent Et sur le sable s'égrènent  Les pleurs et les peines
Posté par Kandide à 19:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2018

Un soir au cinéma

Une femme, cela aurait pu être un homme, à qui... D'accord. Je ne sais plus si c'était une femme ou un homme mais toujours est-il qu'une personne à qui l'on demandait si elle avait passé le test concernant la maladie d'Alzeimer répondit qu'elle ne s'en souvenait pas. Bien sûr, on ne peut pas se souvenir de tout mais quand on ne se souvient de rien. Quand j'étais petit, après les cours, je me souvenais avoir regardé par la fenêtre. Mais le jour du contrôle ce souvenir ne me servait à rien. Pour un contrôle de géométrie, j'avais le... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]