21 novembre 2017

La quiche de la semaine

La quiche de la semaine Mieux vaut costard que jamais. Il n'est jamais costard pour bien faire. Quand j'ai entendu la nouvelle, poussant un ouf de soulagement je me suis dit que nous l'avions échappé belle. Mais je n'ai pas été rassuré tout de suite. Au début, un voile devant les yeux, j'ai senti une angoisse monter en moi lorsqu'il a dit « J'ai décidé de tourner la page de la politique ». Je me suis tourné vers Jacqueline (quand j'étais petit, dans certaine circonstance on disait passe moi la Jacqueline) et je lui ai dit c'est pas... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2017

Un soir au concert

Marta Ren en concert Je ne sais pas ailleurs mais chez nous (quand j'écris chez nous ce n'est pas pour signifier on est chez nous) c'est le cas. A chaque situation sa citation. Par exemple, jamais deux sans toi quand on l'a fait seul la première fois. Des fois, c'est un vœu pieux. Dans un contexte proche, il faut être proche, il n'y a pas de aimez sans feu. Ce feu de la passion qui nous dévore. Un peu moins proche, en quelque sorte entre deux, la citation préférée de Rocco, qui a quelque chose de français si je m'en réfère à mon... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2017

Où ça va se nicher

Ce matin, chargé d'aller chercher le costume de mon beau-frère Chez Nono, je suis sorti. Après avoir arpenté d'une allure qui se veut dégagée de toute entrave, comme indiqué je pousse la porte du magasin. Je ne sais pas si vous connaissez Nono mais c'est très apprêté. Tout est là pour l'homme à l'élégance toute en discrétion et retenue. L'homme Nono n'éblouit pas mais caresse le regard. Toujours est-il qu'après avoir poussé je suis rentré (je sais mais je n'ai pas pu m'en empêcher) dans le magasin. Je fus accueilli par deux... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2017

Je ne sais plus quand au cinéma

Effectivement. Seul et assis dans le canapé, l'inverse est envisageable, j'attendais. J'attendais de prendre une décision. Tout autour, rien ne bougeait. Étouffés, j'entendais les bruits de la ville. Une agitation lumineuse de début de soirée. Plusieurs options. Ne rien faire. Se contenter d'être là. Occupation d'un espace. Faire la cuisine. Plus précisément la soupe tout en écoutant un mauvais disque. J'aime bien. C'est simple et bon. Éplucher.... Couper. Faire cuire. Mixer. La soupe est une mixité végétale. Eh oui José Butez,... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2017

Ailleurs

Ailleurs. Ce matin j'aurais voulu être ailleurs. Là où je en suis jamais. Dans le creux de tes bras. Dans l'attirance de ton sourire. J'aurais aimé. J'aurais aimé être ailleurs. Loin. Loin d'ici. La où tu étais. Tu es partie si tôt. Il était trop tard. Trop tard quand de mes mains je t'ai cherchée. Quand est-il trop tard? Pourquoi serait-il trop tard. Pourtant je savais. Je savais que je rencontrerais ce vide tiède. Comme les ruines érodées de retournements. Pourtant je cherchais. Je retournais dans la nuit. Là où se trouvaient... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2017

Encore

Nous ne savions pas encore. Nous aurions alors dit encore. Encore un peu. Un tout petit peu. Quelques secondes encore. Le temps. Le temps d'aimer une dernière fois. Le temps d'aimer encore. Oh encore! Le temps que les corps s'étreignent. Avant que la lumière ne s'éteigne. Quand tout s'arrête dans le rougeoiement des yeux. 
Posté par Kandide à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2017

Un soir au cinéma

C'est alors que je suis arrivé. J'étais attendu nonobstant les aléas de la certitude. Lorsque je suis attendu, je suis toujours accompagné de ce voile d'angoisse qui m'amène à me faire la remarque "Et si las d'attendre ici je n'étais plus attendu par celle ou celui qui avait patienté.". Attendre en vain, c'est saoulant. Donc, arrivé dans le hall, mon regard partit à la recherche de visages familiers. Parfois quoi de plus doux, de plus fondant que rencontrer des yeux qui vous cherchent? Dieu sait (pourquoi le mêler à ça?) qu'hier... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Une fin d'après-midi au cinéma (deuxième partie)

Donc tout le monde était assis, notamment les vieux. Pourquoi suis-je allé voir Brooklyn Yiddish? Je n'en ai aucune idée si ce n'est la curiosité. Et la pluie. Pour reprendre un poème d'Aragon, des fois je me demande "Est-ce ainsi que les hommes vivent?". C'est ce que je me suis demandé tout au long de ce film. Pour ce qui est des femmes... Bon, globalement, rien de nouveau sous le soleil de Yahvé. Le héros, qui n'a rien d'héroïque, vit, se démène, s'englue, se frustre, se heurte à l'immuable dans une communauté régie par des règles,... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Une fin d'après-midi au cinéma

C'est ainsi qu'entre deux nuages, mes pas m'ont mené jusqu'à la salle cinq, sur votre droite en bas des marches. Après avoir descendu les trois marches, enfilé (oui je sais) le couloir, tourné à gauche, monté trois marches, tourné à droite, poussé la porte et grimpé la volée de marches, quelle ne fut pas ma surprise, compte tenu de l'heure et du film, de voir une assistance conséquente, essentiellement composée de vieux. Bien que le qualificatif de vieux puisse paraître quelque peu subjectif, quels en sont les symptômes dans un... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2017

Un soir au concert

Donc hier soir, nous avions rendez-vous au bas de l'immeuble et des marches qui y mènent. La veille nous nous étions dit bon alors demain tu y vas? Faut voir. Et toi? Bon bah, on se tient au courant. C'est ça ouais. C'est ainsi que quelques sms plus tard nous nous sommes retrouvés au bas de l'immeuble. Après avoir traversé les parkings déserts, les rues perpendiculaires qui mènent je ne sais où, emprunté les trottoirs lépreux, nous nous sommes retrouvés au JV club. Pour tout vous dire, ce n'est pas un endroit qui me donne envie,... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]