22 janvier 2019

Détournement

J'ai pris tes jambes à mon cou. Quel spectacle.
Posté par Kandide à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2019

Impression

Posté par Kandide à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2019

Période bleue

Posté par Kandide à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2019

Pour l'amour du ciel

Posté par Kandide à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2019

Prémisses

Je vous regardais marcher. Pas à pas, la distance s'estompait. Parfois votre jupe se dérobait dans les angles morts. Vous étiez là, puis ici, de temps en temps plus loin. Vous échappiez aux jours passés. Je vous emportais jusqu'aux abords des détours. Dans votre sommeil touchant, je rêvais, je flânais entre vos frissons. L'impatience affleurait. Avec constance, j'osais des insistances. Je devenais aveugle. Serait-ce pour toujours?
Posté par Kandide à 17:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2019

La vitesse de la lumière

Posté par Kandide à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2019

un soir au cinéma

Quand j'étais petit, j'aspirais. A cette époque, c'était une aspiration à devenir grand. Les possibilités d'un corps dérivaient encore sur la confusion des sens. Même si je m'échappais, l'aube finissait toujours par me rattraper. Le poids de ce qui s'annonçait entravait mon âme. J'essayais de vivre une autre vie qui prenait place dans le ressac des turpitudes. C'était un monde où personne n'était le bienvenu. C'est ainsi que je me retrouvai salle 6, non sans avoir préalablement dans le hall aperçu Annie parée de mystère et... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2019

Entre

Quand la nuit exhume les brumes de notre trouble, dans l'ombre du désir, je parfhume.
Posté par Kandide à 15:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 janvier 2019

Prise de haut

Posté par Kandide à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2019

Barrière

Parmi les artères et les cratères, se détourne la Terre délétère. Dans le profond des terres se déterrent les mots précaires. Comme un préliminaire millénaire, les solitaires dégénèrent. La poussière dévoile une dernière foi dans l'afflux des prières. Les coléoptères obtempèrent parmi les écorchures des pierres acerbes. Il erre une dernière fois entre les âmes craquelées. Bientôt proche des lisières.
Posté par Kandide à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]