Pas grand chose.
S'étale la fin d'une rose.
Le souffle que j'ose.
Le baiser se dépose.
Comme un rêve de métamorphose.
Quand le souvenir explose.
Que nul n'est la cause.
Et je trace cette prose.
Entre les sourires moroses.