31 mai 2018

Encore un mot

Décortique les féériques chimériques. Abandon. L'abandon de soi dans la douceur sans issue. Qu'abandonne-t-on sur le bord de la route? Lorsque le noir se répand. Lorsque disparaît le jour de l'horizon. La voix s'enfuit. A force, sans force s'abandonne. Sans la force de croire. S'abandonne dans le soir sans fin.
Posté par Kandide à 13:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2018

C'est tout

Posté par Kandide à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2018

Nuances

Posté par Kandide à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

Un soir au cinéma

Quand j'étais petit, je ne comprenais pratiquement rien et pourtant je n'étais pas encore sourd. Le monde n'était qu'un amas d'énigmes, de mystères, d'incompréhensions. Je sentais confusément que l'on attendait quelque chose de moi mais je ne parvenais jamais à savoir quoi. Je connaissais les mots qui étaient utilisés pour que je me conforme aux règles mais je ne comprenais pas les phrases qu'ils composaient. C'est ainsi que, l'esprit confus et le regard hagard qui ne me permit pas de savoir si Annie était bien dans le hall, muni... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2018

Faîte religieux

Posté par Kandide à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2018

Balcon

 
Posté par Kandide à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2018

Berge

"On n'est pas bien là, décontracté du gland. Et on bandera quand on aura envie de bander".  
Posté par Kandide à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2018

Dénuement

Posté par Kandide à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2018

Un soir au cinéma

Quand j'étais petit, je lus Le château, de Kafka. Ou pour être plus précis, j'entrepris de le lire. Comme on entreprend une ascension. J'avais précédemment lu dans son entièreté La métamorphose. Jusqu'au bout j'étais allé sachant que je n'étais pas au bout de mes peines. J'enchaînai avec La colonie pénitentiaire. Et puis Le château se dressa à l'horizon. Je me demande si mon objectif n'était pas de pouvoir dire devant un parterre aussi ébahi qu'admiratif tiens je relirais bien Kafka. Je n'eus jamais l'occasion de le placer. C'est... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2018

50 ans

"Il n'y a pas de mai qui tienne". Le général
Posté par Kandide à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]