31 janvier 2018

Félini

L'autre jour, entre les diverses averses, je marchais rue d'Amiens pour aller ailleurs, pour aller un peu plus loin. Ce faisant, accompagné par le chant érayé des goélands, je passe devant un débit de boisson qui répond au nom de Café Moustache, estaminet dont le concept est d'accueillir les personnes qui veulent bénéficier des bienfaits d'un félin. Par félin il faut entendre chat. Ce jour là, s'était formée sur la portion de trottoir attenante une queue dont la particularité était de n'être composée que de femmes, impatientes de... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2018

Robert et moi (4) nouvelle version

Il souleva le couvercle comme un prêtre ouvrirait un tabernacle. J'avais le regard hésitant comme si l'éblouissement allait s'échapper de la mallette. En premier, placé sur le dessus m'apparut une pochette où le bleu dominait. Occupant la partie inférieure d'un octogone, cinq visages écrasés contre une vitre. Curieusement, le membre le plus connu de ce groupe était méconnaissable. Ce disque se révèlera être Through the past darkly. Je ne me souviens plus si à cette époque je connaissais les Stones. Probablement. Ensuite, il a... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2018

Hip hip hip Hypallage

Déjà vieux sur le chemin de halage, l'esprit écumé il marchait dans le bruit des vagues embrumées. Non loin de là, de son regard de sable il devinait la plage profonde. Le mouvement assombri de la marée se perdait dans le ciel perpétuel. Le vent suave du large jetait les odeurs violentes vers les ronces tourbillonnantes. D'une patience transparente il attendrait le petit matin obstiné. Ce moment solitaire qui voit s'éveiller l'âme unique. Comme un cétacé éternel il attendra le retour échoué. Peut-être jusqu'à l'épatante Hypapante.... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2018

Une fin d'après-midi au cinéma

Le temps passe et il me faut redoubler d'énergie pour ne pas me laisser engluer dans ce temps qui d'une poussée lente mais inexorable me conduit vers le dernier basculement. Malgré tout, parfois je me laisse aller à un ramollissement et je ressemble alors à un caramel oublié sur un radiateur. Je sombre dans une confortable quiétude. C'est ainsi que l'autre jour, l'espace de deux heures, Spielberg fut mon radiateur cinématographique. Spielberg est, est devenu le cinéaste du confort. Ce confort bourgeois, cette... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 janvier 2018

Robert et moi (3) nouvelle version

Il a posé la mallette sur le rebord d'un mur. Il allait l'ouvrir. Cette perspective déclencha un mouvement. D'abord emprunt d'une certaine réserve, comme si chacun était traversé par une onde de recueillement. Peut-être les réminiscences d'ancestrales génuflexions à l'approche de reliques. Ce cérémonial de l'ouverture n'était en effet pas dénué religiosité. Puis le rapprochement vers la mallette sembla perdre de sa spiritualité pour verser dans une idolâtrie prosaïque. La mallette matérialisait le mal-être d'un début... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2018

Robert et moi (2), nouvelle version

En ce début d'année scolaire, j'avais commencé à élargir mon spectre musical. Interne dans une institution religieuse, le matin nous étions sortis du sommeil par les voix venues d'outre Manche et d'outre Atlantique. Cela allait de Barry Ryan aux Bee Gees, en passant par The Equals, Arthur Brown, Desmond Dekker et autres Beach Boys. Pas de quoi m'arracher les oreilles mais je commençais à m'éloigner de Sheila et d'André Verchuren. Pour ce qui était de l'émancipation totale et définitive qui passait par l'achat en propre de disques,... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2018

Robert et moi (1), nouvelle version

Nous possédons trois sortes de souvenirs. Ceux que nous avons oubliés et dont nous ne nous souviendrons plus jamais. Les souvenirs que nous avons provisoirement oubliés et qui resurgissent à l'occasion d'une stimulation olfactive, visuelle, auditive (j'allais écrire orale mais...), sensorielle (je ne sais plus où je veux en venir). Et les souvenirs que nous n'oublions pas et que nous n'oublierons jamais, même vieux et tout fripé. Ma première rencontre avec Led Zeppelin est de ceux-là. C'était en septembre 1969. J'étais encore trop... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2018

En quatre

"C'est pour quoi?" me demanda le coiffeur alors que j'entrai dans sa boutique.
Posté par Kandide à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2018

Queue

Quel Bocuse!
Posté par Kandide à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2018

Un après-midi à l'exposition

L'autre samedi, encore un peu de sable entre les orteils, j'entre dans la galerie l'Espace de la Calende rue du bac à Rouen. C'était jour de vernissage. Pour moi, un vernissage c'est comme une paire de chaussures neuves ou un nouveau costume. La première fois que je les mets, que je les enfile, je ne suis pas à l'aise, je ressens comme une gêne, j'ai les entournures qui frottent, les abatis à l'étroit. Mais alors pourquoi persévérer, allez-vous demander? Pour un artiste, il est important qu'il y ait du monde ce jour-là, alors j'y... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]