30 novembre 2017

D'aussi loin ou pourquoi pas

D'aussi loin, dans la nuit ténue et je te regarde, le ciel décortiqué. Le levé de la lune élue, l'écorché fulmine. Proche des égarements perclus, les flux s'effilochent. L'affaissement des jours passés soulève les cœurs le long de l'égarement des funérailles. L'enfermement des aveux à l'aube d'un détour. Une vision usée au travers des nouveaux jours crispe. Lorsque de la fontaine hors du chant, parvient la voix de Benjamin Orr. La-haut décimées, les belles décèdent dans les ronds du cirque cynique. Quand se découpent... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2017

Un soir au concert (pas de son pas d'image)

Il est rassurant d'avoir des amis. Des amis qui prennent soin de vous. Des amis soucieux de parfaire votre culture, de vous ouvrir l'esprit, d'aiguiser votre curiosité, de vous faire découvrir qu'il n'y a pas que Robert dans la vie. C'est ainsi que depuis quelque temps déjà, Jorge m'initie. Il m'initie aux joies, aux plaisirs subtiles et variés de la musique classique et de l'opéra. Dans cette perspective de l'enrichissement musical, nous nous sommes retrouvés au Théâtre des Arts pour un concert Schumann agrémenté de Sibelius le tout... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2017

Désertion et désherbant

C'est quoi ce bordel (oui, je suis ronchon). L'autre matin, encore accroché à mon sommeil comme une mauvaise herbe à son talus, j'entends par l'entremise de la radio que nous en avons pris pour 5 ans supplémentaires. 5 ans de C3H8NO5P, autrement dit de glyphosate. Et qu'entends-je quelques minutes plus tard? Un représentant de la FNSEA qui nous donne, toute honte bue, une leçon de démocratie, car dit-il, il faut respecter les décisions de l'Europe alors que cette organisation n'a jamais de mots assez durs pour vilipender les... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Un matin de bonne heure au cinéma

Imaginons qu'un jour, ou plus exactement, imaginons que quelques secondes après le dernier jour nous soyons invités, une de ces invitations que l'on ne peut décliner, à décortiquer notre vie devant quelqu'un qui détiendrait le pouvoir de l'après. Je sais, au pire rien là que de très improbable. Mais imaginons quand même. Nous soulevons le tapis sous lequel nous avions planqué tout ce que nous aurions préféré oublier, nous ramenons à la lumière ce que nous avions enfoui sous le lit et nous racontons à celui qui nous écoute. Bien sûr,... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Un soir au concert

Hier soir, pas plus loin qu'à deux pas, trois au maximum que j'ai franchis dans la fraîcheur humide, je me suis retrouvé là où les autres étaient. Il nous arrive parfois d'aller à des trucs et d'en ressortir en se disant... En ne sachant pas trop quoi se dire si ce n'est ouais bon bah, une culbute m'aurait fait plus de bien. Tous ces machins qui se perdent dans le siphon de l'oubli. Bon, c'est sûr qu'hier soir il n'était pas aisé d'être impartial. Pour autant, étions-nous là pour ça?   Donc, hier soir soir nous nous sommes... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2017

Quand j'étais petit

Quand j'étais petit et plus tard, j'ai joué au rugby. C'est ce que l'on appelle un sport de contact. A cette époque, ce qui est difficilement imaginable aujourd'hui, j'étais un jeune homme svelte à la musculature nerveuse doté d'une accélération fluide (je vous assure). Il n'était alors pas question de grosses brutes au cou de taureau dénuées de subtilité, d'imagination et d'élégance. Les avants avec leur physique débordant et leur camaraderie tactile étaient une ode à la troisième mi-temps pendant laquelle les arrières tentaient de... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2017

On nous fait marcher

C'est quoi ce bordel (oui je suis ronchon). Il y a quelques jours, un matin où je ne demandais rien à personne, même pas sexuellement c'est dire, un matin où j'avais décidé de faire tout tout seul, autrement dit, adepte du circuit court et de la traçabilité, j'allais fonctionner en autarcie, le plus court chemin de moi à moi, quand j'entends que 15 000 scientifiques lançaient un cri d'alarme, vous imaginez le bruit, pour nous signifier qu'il allait bientôt être trop tard si nous ne changions pas de mode de vie, si nous... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2017

Un soir au cinéma

Des fois, pour faire durer, j'attends. Je retarde. Je ne brusque pas. je laisse venir. Je prends mon temps. Je ralentis. Tout porte à croire à une ouverture vers le ciel. Il ne me reste plus qu'à les compter. Et quand arrivé aux limites de la frustration, je m'autorise, je me laisse aller, sans aucune retenue je m'abandonne. Et là, c'est l'indescriptible, l'instinctif, le non retour, le tellurique, l'échelle de Richter. Mais des fois non. Parce que j'ai attendu trop longtemps. Ou tout autre chose qui échappe à l'analyse. J'avais... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2017

La quiche de la semaine

La quiche de la semaine Mieux vaut costard que jamais. Il n'est jamais costard pour bien faire. Quand j'ai entendu la nouvelle, poussant un ouf de soulagement je me suis dit que nous l'avions échappé belle. Mais je n'ai pas été rassuré tout de suite. Au début, un voile devant les yeux, j'ai senti une angoisse monter en moi lorsqu'il a dit « J'ai décidé de tourner la page de la politique ». Je me suis tourné vers Jacqueline (quand j'étais petit, dans certaine circonstance on disait passe moi la Jacqueline) et je lui ai dit c'est pas... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2017

Un soir au concert

Marta Ren en concert Je ne sais pas ailleurs mais chez nous (quand j'écris chez nous ce n'est pas pour signifier on est chez nous) c'est le cas. A chaque situation sa citation. Par exemple, jamais deux sans toi quand on l'a fait seul la première fois. Des fois, c'est un vœu pieux. Dans un contexte proche, il faut être proche, il n'y a pas de aimez sans feu. Ce feu de la passion qui nous dévore. Un peu moins proche, en quelque sorte entre deux, la citation préférée de Rocco, qui a quelque chose de français si je m'en réfère à mon... [Lire la suite]
Posté par Kandide à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]